Carte bancaire gratuite
chez ING Direct
Offre ING Direct
La première banque
privée en ligne
Offre BforBank
Carte bancaire gratuite
chez Boursorama
Offre Boursorama
Carte bancaire gratuite
chez Fortuneo
Offre Fortuneo
Les cyberbanques
Articles cyberbanque

flux rss des articles


Bon bilan pour le livret A



L’Observatoire de l’épargne réglementée a remis mercredi son premier rapport annuel à Christine Lagarde et dresse un bilan positif de la réforme du livret A. La collecte a en effet été renforcée grâce à la généralisation de sa distribution.

Selon le récent rapport de l’Observatoire de l’épargne réglementée, la réforme du livret A mise en place il y a un an a eu un impact positif. Contrairement aux craintes des trois distributeurs historiques (Caisses d’épargne, Banque postale, Crédit mutuel), la généralisation de sa distribution ne les a pas pénalisé. Ils s’en tirent même très bien puisque l’encours de leurs livrets s’élève à 153 milliards d’euros sur 183 milliards au total. Mais les nouvelles banques ne sont pas en reste, elles représentent tout de même 18% de la collecte.

Le livret A ne cesse donc de convaincre les Français. On compte aujourd’hui près de 60 millions de livrets A dans le pays, généralement détenus par les jeunes, les personnes âgées préférant d’autres types de produits. Et son succès ne devrait pas s’arrêter de sitôt puisque l’Etat a décidé d’élever le taux du livret, il passera de 1,25% à 1,75% à partir du premier août prochain.

Pourtant, la grande popularité du livret A pose aussi des problèmes. Certains épargnants n’hésitent en effet pas à en posséder plusieurs alors que cela est strictement interdit par la loi. Pour lutter contre ces abus, la réforme de 2009 prévoyait d’imposer des sanctions fiscales aux fraudeurs. Une amande pouvant aller jusqu’à 2% de l’encours du livret ou encore des taxations sur les intérêts avaient ainsi été prévues. Mais à ce jour, aucune pénalité n’a été appliquée selon la Banque de France. L’Etat et les banques planchent donc actuellement sur une mesure visant à obliger les banques à informer un ficher central dès l’ouverture d’un nouveau livret. Une mesure obligatoire mais « compliqué à mettre en place » selon Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France.

Quant au taux de centralisation qui doit être fixé en septembre 2011, l’Observatoire de l’épargne réglementée souhaite se donner encore un an pour prendre une décision. Il souhaite d’abord bien examiner la manière dont les banques utilisent les sommes collectées grâce aux livrets A.  Ces fonds centralisés ont normalement pour vocation de financer des logements sociaux ainsi que des PME mais la demande de crédit en 2009 a été particulièrement faible. Elle pourrait toutefois redémarrer cette année grâce à une conjoncture plus favorable.

Mots-clefs :

Cet article a été publié le Samedi 7 août 2010 à 22 h 37 min et est classé dans Non classé. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Les commentaires et pings sont fermés.